Clavreul : jouissance et réalité chez les pervers

« Bien qu’on ne puisse décrire ici les divers aspects de la structure perverse, il conviendrait tout particulièrement d’indiquer la place éminente qui occupe la jouissance, recherchée, et parfois de façon compulsionnelle, non seulement pour elle-même, mais surtout en tant qu’elle représente pour le pervers une expérience extrême (proche d’ailleurs de l’angoisse) qui serait à l’abri de la tromperie et constituerait ainsi la véritable épreuve de réalité. Le corps, la différence des sexes ayant été éludée (Verleugnung), se trouve ainsi situé dans son double rapport à la jouissance et à la mort, ce qui pose le problème du masochisme. »

 

Jean Clavreul, Le Désir et la Loi, Denoël, 1987, p. 167.

Laisser un commentaire

Fermer le menu