Simenon : le raccomodeur de destinées

« N’avait-il pas dit une fois qu’il voulait être “raccommodeur de destinées”, tant il éprouvait le désir de remettre les gens à leur vraie place, à celle qui aurait été la leur si le monde avait ressemblé au monde des images d’Epinal ? »

Georges Simenon, Un échec de Maigret, Presses de la Cité, 1956

Laisser un commentaire