Racamier : paranoïa et perversion

« Pour moi, la paranoïa, c’est l’exemple parfait du passage du registre psychotique au registre pervers. Pour moi, le but de la paranoïa c’est une perversion narcissique très accomplie, très armée en même temps. Car les paranoïaques sont des pervers armés.

(…) Mais alors que l’identification projective du schizophrène est une identification projective douloureuse, parfois fascinante, je dirais que celle des paranoïaques est très puissante, très active et qu’elle vise à paralyser l’entourage. Pour un paranoïaque accompli, toute autre personne qui n’est pas complice est un adversaire qui doit être soit paralysé, soit convaincu ».

Paul-Claude Racamier, « Décervelage et perversion dans les institutions », conférence donnée à Lausanne le 6 avril 1995 dans le cadre du cycle « Perversions et société ».

Laisser un commentaire