Jacobson: déni intra et interpsychique

« De plus, ces individus traitent de la même façon les manifestations psychiques perçues chez d’autres. Ainsi, mon patient ne réagissait pas vraiment à la colère et à la douleur d’une femme, à son affection et à son plaisir, mais il la regardait simplement, essayant d’échapper à son « regard blessé et réprobateur » ou de le faire disparaître en suscitant « une expression de plaisir sur son visage ». Autrement dit, ces patients, qui n’ont pas d’empathie pour les autres, leurs sentiments et leurs pensées, leurs actions et leurs réactions, « observent » ou « se masquent » l’expression concrète et « visible » de leur état. Bien souvent, leur insensibilité à des formes indirectes moins visibles et plus subtiles d’expression affective se traduit par un manque de tact flagrant. Cette tendance à traiter les phénomènes psychiques chez les autres et en eux-mêmes comme s’ils étaient concrets explique la facilité avec laquelle collaborent le déni de la réalité extérieure et le déni de la réalité intérieure dans le domaine des relations interpersonnelles. »

Édith Jacobson, Les Dépressions, états normaux, névrotiques et psychotiques, Ed. Payot, 1985, p. 135.

Laisser un commentaire