Comment s’y prendre avec un avare

« Comment s’y prendre avec un avare ?

Un jour, Mehmet, l’homme le plus riche de la ville et détesté pour sa cupidité, tombe dans la rivière alors qu’il ne sait pas nager et voici que le courant commence à l’emporter. On se précipite sur les berges en entendant ses appels au secours.

Les riverains tentent de le tirer de là en se penchant et en tendant la main le plus qu’ils peuvent. Des dizaines de bras se présentent ainsi pour qu’il puisse y agripper.

–      Donne ta main, Mehmet, donne ta main, donne ! crie-t-on à son passage, mais le bonhomme commence à boire sérieusement la tasse sans rien faire pour se sauver.

Il est pratiquement trop tard lorsqu’on voit Nasr Eddin, là-bas, posté en aval, réussir à le sortir de là.

–        Comment as-tu fait, Hodja ? Sans toi il était noyé.

–        Très simple : vous lui disiez : « Donne, donne ! », Moi je lui ai dit : «Prends, prends ! »

 

Jean-Louis Maunoury, La sagesse extravagante de Nasr Eddin, Albin-Michel, 2011, p. 177.

Laisser un commentaire