Image remplace pensée

« De l’image sans représentation ?

Nous vivons à l’heure de la consécration de l’image. Or, qu’est-ce qu’une image ?

Depuis Platon jusqu’à Sartre, en passant par Bachelard, Fichte ou Nietsche, sans oublier Rousseau ou Bergson, une grande partie des philosophes ont défini ce que pouvait être une image. Sans revenir sur cette tradition philosophique, nous pouvons dire rapidement que l’image peut-être une espèce de simulacre, c’est-à-dire une apparence. Le simulacre ne renvoie à aucune réalité, alors qu’il prétend incarner cette réalité elle-même : c’est le sens de l’eidôlon grec. Ainsi une image et une sorte d’ersatz de ce qui est un « reflet » de la réalité. Or, notre société contemporaine, d’avoir perdu ses icônes, a fabriqué de nouvelles idoles dont l’image est le symbole ; un monde qui ne se réduit plus qu’à sa « représentation ».

Reflet de réalité, image sans représentation : tel un contenu vidé de sa substance contenante qui rend difficile toute interprétation, qui ferait de l’image éphémère (eidôlon), une sorte d’« hallucination visuelle », au sens où Marcel Czermak le suggère : le monde peine à se raconter, préférant se contenter d’être vu, si bien que voir semble se substituer à penser. »

Elsa Godart, La psychanalyse va-t-elle disparaître ?, Ed. Albin-Michel, 2018. p. 29.

Laisser un commentaire

Fermer le menu